Argent-dette et société de consommation.

Chacun de nous, qu’il le veuille ou non, se trouve en tant qu’acteur au cœur même de la société de consommation. Les multinationales, via les divers médias, nous conditionnent à croire que l’être humain d’aujourd’hui n’existe et n’est considéré par la société que parce qu’il consomme. Les individus ne sont définis que par ce qu’ils achètent, possèdent et affichent et non par ce qu’ils sont vraiment.

Au cours des 150 dernières années, notre économie industrielle a été dominée par un modèle de production et de consommation à sens unique, ou linaire, dans lequel les produits, fabriqués à partir de matières premières sont vendus, consommés, puis jetés après utilisation. Ce modèle, incroyablement performant, a permis de fournir aux consommateurs des produits à des prix abordables, ainsi qu’une prospérité matérielle à des milliards d’individus. Dans les sociétés développées, il est venu remplacer une économie traditionnelle reposant sur le réemploi et la régénération, mais beaucoup plus exigeante en termes de main d’œuvre et aussi moins rentable pour les entreprises.

l'histoire des choses par Annie Leonard-lepapadeugenie-03032016

Le cycle de production ou la vie des produits qui sont mis à notre disposition afin que nous les consommions consiste en une succession d’étapes débutant par l’exploitation des ressources naturelles et se terminant par une phase de pseudo-destruction. On peut résumer ce cycle à un processus linéaire infini dans un monde aux ressources finies.

« Nous vivons dans une société de croissance dont la logique est non pas croître pour satisfaire les besoins, mais croître pour croître. Celui qui croît qu’une croissance infinie est compatible avec une planète finie est soit un fou, soit un économiste.» Serge LATOUCHE, Professeur d’économie à l’Université de Paris.

Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’histoire des choses-1ère partie » avec Annie Leonard, cliquez ici !

Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’histoire des choses-2ème partie » avec Annie Leonard, cliquez ici !



Ne serait-il pas possible de créer un mode de production qui soit non plus linéaire, mais bien circulaire qui se caractériserait par un souci permanent d’éviter le gaspillage et les déchets ?

 

Toujours moins de qualité, toujours moins de service.

Dormir, consommer, travailler, dormir, consommer, travailler, dormir, consommer, travailler, …

Ce qui est pensé et produit de nos jours par la société de consommation, l’est en grande partie au détriment de la qualité et du service. Au détriment des ressources et des hommes eux-mêmes.

pret-a-jeter-obsolescence-programmee-lepapadeugenie-03032016

Travailler toujours plus et à ne plus vouloir penser. Penser que nous devons passer notre vie à travailler toujours plus, pour acheter toujours plus, des choses toujours plus inutiles, moins qualitatives et qui nous satisfont toujours moins. Des rêves et des illusions, des envies de consommer impossibles à satisfaire.

 

Au départ, le but poursuivit par les entreprises était un but noble : celui de satisfaire les besoins des individus afin d’atteindre un état de bien-être généralisé. Cependant, les choses ont bien changé. Depuis les années 20, le but des entreprises consiste à réduire la durée de vie des produits pour accroître la demande du consommateur. À exploiter toujours plus de ressources naturelles, de travailleurs, afin de fabriquer toujours plus et toujours plus vite. Pour vendre toujours plus et avec comme objectif primordial de gagner toujours plus d’argent, quitte à créer pour cela au sein de la population de nouveaux comportements et de nouveaux besoins non plus naturels, mais désormais artificiels, quitte à rétribuer de moins en moins les travailleurs et à leur imposer des conditions de travail de moins en moins humaines, quitte à créer des articles avec des durées de vie écourtées de manière à vendre à nouveau et toujours plus.

societe-du-toujours-plus-en-etant-toujours-moins-lepapadeugenie-03032016

Le monde riche ne représente que 20% des habitants de la planète. Et pourtant, on consomme 80% des ressources mondiales. Cette situation est tout simplement intenable. Si on continue à consommer à ce rythme, on va droit dans le mur. Si on est assez stupide pour ne pas entendre ou comprendre les mises en garde de la planète, nous vivons une période terrible dont la Terre mettra des siècles à se remettre. L’économie mondiale va s’effondrer.

« Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires ». Printer’s Ink -influent magazine de pub new-yorkais de 1928.



Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’obsolescence programmée », cliquez ici !



Ne pourrait-on pas abandonner cette stratégie d’obsolescence programmée et revenir à une production privilégiant le progrès, durées de vie optimisées et recyclage total ?

 

Conformisme

En créant ses normes, l’élite a créé une armée absolue de personnes qui s’imposent les unes aux autres. Les personnes qui sortent des normes et expriment leur singularité sont victimes de ces geôliers.

j-achète-du-non-necessaire-donc-je-suis-lepapadeugenie-03032016

Cependant, la différence peut aussi être considérée comme une chance pour chacun de nous car en la considérant, celle-ci nous permet une remise en cause, un échange de point de vue générateur de développement personnel.

« La plus grande prison dans laquelle les gens vivent est celle de la crainte de ce que les autres pensent. » David Icke (researcher, author, The biggest Secret).

Pour de plus amples infos sur ce sujet : « Conditionnement et appartenance au groupe », cliquez ici !



La vie nous instruit et nous offre la chance de pouvoir nous épanouir, si on le veut vraiment. Serait-il possible de nous décider à agir, à œuvrer vers un monde meilleur, à trouver des propositions de solutions rimant avec respect, compassion et épanouissement personnel ?

 

Insatisfaction et recours à la dette :

jusqu'où irons-nous pour faire du profit?

Mais en fait le système actuel perpétue le problème que l'on était censé résoudre. Dans notre système financier de réserve fractionnaire, les banquiers sont supposés créer de l'argent à partir de rien, alors que le reste d'entre nous doit travailler dur pour le gagner... Cela a engendré une forme moderne de servitude dans laquelle la masse de la société travaille désormais pour s'acquitter de ses dettes auprès des banques. Avec ce schéma de réserves fractionnaires, nous devenons inévitablement des esclaves de la dette d'une classe dirigeante financière. Non pas parce que ces dirigeants sont meilleurs ou plus intelligents, mais parce qu'ils ont manipulé le système à leur avantage et au détriment de la plupart des gens sur la planète. Peu importe donc que vous travailliez dur ou que vous réussissiez dans la vie. En imprimant toujours plus d'argent, ils diminuent la valeur de votre argent et peuvent toujours vous acheter gratuitement!

 

l-argent-dette-lepapadeugenie-03032016

« Une vie basée sur la consommation n’est pas épanouissante. L’envie de consommer nous tyrannise. On nous tyrannise pour nous obliger à consommer. On a la liberté de choisir entre les marques A, B, ou C. Là s’arrête notre liberté. On subit trop de pressions. On nous pousse à travailler et consommer non-stop. On détruit tout et tout doit disparaître… La technologie moderne favorise l’éloignement plutôt que le rapprochement. L’efficacité plutôt que le plaisir. Il faut abolir ce système qui détruit l’environnement, nous coupe de la nature et nous aliène. La dégradation et la destruction ciblée de la propriété sont nécessaires.» John ZERZAN

Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 1», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 2», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 3», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 4», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 5», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 6», cliquez ici !


Pour de plus amples infos sur le sujet : « l’argent-dette : volet 7», cliquez ici !





Aux USA, 1% de la population détient désormais plus d'actifs que 90% de la population totale... Dans le monde 2% de la population détient plus de 50% des actifs...

La souffrance et l’échec de tant de personnes représente le succès et l’accomplissement d’une poignée d’autres, c’est-à-dire l’élite des banques centrales qui a convaincu le monde de les laisser créer de l’argent.

« Il serait bien plus sage de nous assister mutuellement par des services réciproques, de sorte que qui suivrait n’envierait pas celui qui le précède mais l’applaudirait, et qui serait en avant tendrait la main à qui s’efforce de le suivre. » Érasme



Pour de plus amples infos sur le sujet : « Thrivemovement », cliquez ici !



Serait-ce possible pour chacun d’accepter de prendre conscience que nous avons tous été trompés ? D’agir en conséquence afin que cela ne se produise plus et qu’une meilleure répartition des richesses s’opère afin que personne ne soit laissé sur le carreau?

 

Pour accéder au volet 1 :

Le papa d'Eugénie, c'est quoi de prime abord ?

En savoir plus sur le concept "J'achète-je réemploie-j'agis" développé par le dépôt-vente éco-citoyen responsable Le papa d'Eugénie.

Cliquez ICI !

Pour accéder au volet 2 :

Comment bien vivre entre égoïsme et compassion?

La notion du Vivre : réflexion avec Le papa d'Eugénie.

Cliquez ICI !

Pour accéder au volet 4 :

Acheter en payant avec son argent, c'est voter pour un projet de vie.

Qu'est-ce qu'acheter en fin de compte ? Est-ce que cela va plus loin qu'il n'y parait ? Le papa d'Eugénie nous fait réfléchir.

Cliquez ICI !

Pour accéder au volet 5 :

En résumé...

En résumé... Aller plus loin dans la compréhension du concept j'achète-je réemploie-j'agis ! du papa d'Eugénie. C'est quoi ?

Cliquez ICI !

N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires en cliquant ICI !